En bio aussi: »tout ce qui est excessif est insignifiant » De Talleyrand.

images (11)images (12)

Bonsoir,

Depuis quelques temps j’écoute les gens parler de l’agriculture biologique, et je dois avouer que certaines paroles m’inquiètent beaucoup.

En effet, il y a quelques années celle ci avait très bonne presse, et je me réjouissais d’avoir fait ce choix depuis 2008.

Avant, je n’étais pas certifié bio mais j’appliquais déjà une méthode qui s’en approchait, la conversion pour les vignes a donc été très facile.

Mais depuis quelques temps, il me semble que l’image de l’agriculture bio a changé.

J’entends des propos du style: le bio c’est juste moins pire que le conventionnel.

Je dois avouer que cela me choque beaucoup, surtout lorsque ce genre de réflexions vient de personnes qui ne sont pas dans le domaine agricole.

Le bio c’est a la vigne des produits de contact, que vous ne retrouvez pas dans le vin puisqu’ils ne pénètrent pas les cellules du végétal.

C’est aussi, éviter des nombreuses maladies pour le consommateur final, et pour l’agriculteur.

Bref, des bénéfices il n’y a qu’a ouvrir les yeux pour les constater.

Dans le vin, en ce moment on parle beaucoup des vins naturels( sans sulfites) et de la biodynamie.

Je n’ai rien contre ces pratiques, surtout la biodynamie vers laquelle je me dirige doucement.

En ce qui concerne les sulfites dans le vin, la micro dose que nature et progrès m’a appris a utiliser montre que le consommateur aura une bouteille sans « risque » avec très peu de sulfites.

Ne sommes nous pas allé trop loin?

A l’époque en conversion, on me disait parfois en entrant dans la cave, mince vous n’êtes pas encore certifié.

Maintenant on me dit mince il y a un peu de sulfites dans votre vin…..

Je trouve ca un peu excessif, non pas que ca me gène personnellement car le vin du Clos romain n’a aucune difficulté a se vendre.

Mais cette dérive entrainera un effet inverse a celui recherché.

Je passe beaucoup de mon temps quand je rencontre d’autres vignerons non bio a tenter des les « convertir ».

Oui, pour la vigne c’est faisable de passer en bio, même une grosse exploitation en s’organisant.

Mais si ils commencent a entendre ce genre de discours, que va t’il se passer et bien ils vont rester en conventionnel et même durcir leur méthode de travail.

Allez convaincre un vigneron qui travaille seul de se mettre a tailler 15 hectares en fonction du positionnement de la lune.

Bon courage.

Il vous rira au nez.

Prendre le risque de perdre une cuve sans mettre la moindre dose de sulfites, c’est aussi un peu jouer a la roulette Russe pour ceux qui ont du mal a vivre de leur travail.

Qui communique sur ses pertes en appliquant certaines méthodes a risque, les risques on a le droit de les prendre quand on peut les prendre, voila mon avis.

Et puis, évoluer c’est un cheminement, ca ne se fait pas du  jour au lendemain, il faut apprendre a maitriser les différentes pratiques.

On ne se réveille pas le matin en se disant je suis prêt pour le biodynamie, c’est un savoir faire qui doit s’apprendre et ca ne s’apprend pas avec une semaine de cours théoriques.

Ca se vit au quotidien, ca se découvre. Aussi pour pouvoir le transmettre a nos enfants parfois futurs petits agriculteurs.

Donc oui a l’évolution de chacun a son rythme, mais non aux discours excessifs, laissez les gens évoluer en prenant leur temps, ne les découragez pas en leur mettant la barre trop haute.

En agriculture comme dans la vie comme le disait Talleyrand: » tout ce qui est excessif est insignifiant ».

Personnellement, je suis ravi de travailler les oliviers et les vignes en bio, mais pour les oliviers par exemple c’est vraiment plus compliqué.

Les traitements conventionnels très toxiques tuent presque tous les insectes, mais quand ils ne sont plus utilisés et que l’arbre est affaibli, par exemple gros gel de 2011, certains insectes nuisibles se développent.

Et la que faire, déjà identifier l’insecte que plus aucun conseiller agricole ne sait reconnaître.

Et se débrouiller proprement pour le neutraliser, moi les thrips en bio j’ai mis trois ans a les maitriser, en conventionnel j’aurais mais cinq minutes…..

Mais, mon huile BIO ne vous apportera que les bienfaits de l’olive.

Alors nous devons je pense nous reprendre sur ce sujet, n’allons pas trop vite et même si le développement pas certaines exploitations de pratiques encore plus exigeantes est louables, encouragez les agriculteurs a passer en bio.

Il en va de notre intérêt a tous.

Merci pour votre lecture, Romain.

 

 

 

 

 

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Découvrez le scrapbooking à... |
Doris |
VAR SALSA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de rap marocain
| ski , rando , photos haute ...
| piloumoi